• 30 janvier 2019

    Bonjour chers visiteurs, J'espère que vous allez bien même si certains d'entre vous sont peut-être dans la neige ?

    Aujourd'hui je vous invite à imaginer Simone Le Moigne, déjà l'auteur d'une quarantaine de peintures à la gouache, se trouvant devant sa première toile et des tubes de peinture à l'huile !

    Quelque temps après la première exposition de 1972 à la Galerie MichelColumb à Nantes, un jour où Simone Le Moigne était de passage àNantes (à l'époque elle habitait à St-Brieuc) notre amie JacquelineLiébard lui apporta une grande toile et de la peinture à l'huile ! Elle désirait avoir un tableau en souvenir de notre peintre. Simone repart donc pour Saint-Brieuc très heureuse de ce nouveau challenge qui lui est offert car elle ne connait rien à la peinture à l'huile. Un sujet s'impose à elle : le souvenir des repas de chasse qu'organisait chaque année avec ses amis, le Comte Charles de Kerdrel, propriétaire de la ferme de Magoar, dont les parents de Simone étaient les métayers. "Le tableau est prêt dans ma tête" disait-elle souvent avant de commencer un tableau. Sans complexe, elle commence par étaler un fond de peinture bleue pour le ciel, marron pour la terre, et cela avec sa main droite habillée d'un gant en tissu, tandis que de la main gauche elle tient le tube de peinture, la palette n'existe pas. Selon son expression, elle "larde" la toile. Ensuite il ne lui reste plus, sans dessiner, à l'aide du seul pinceau, qu'à dresser le décor et les personnages de la scène qu'elle veut représenter. Elle a quelquefois deux tubes de peinture dans la main gauche. Les mélanges se font directement sur la toile. Et voici le résultat pour ce tableau intitulé :

                                                           Premier repas de Chasse    

    BONJOUR

       Photo : Xavier Liébard                             N°41- Hs/T, 1972, 50 x 100                    (C) ADAGP 2019                                                                           


    votre commentaire
  •  

    Bonjour à tous !

             Nous revoici en compagnie de Simone; après sa découverte de la peinture à l'huile elle alternera les tableaux en gouache sur carton et les grandes toiles à l'huile. Plus tard elle essayera la peinture acrylique avec laquelle elle a dû réaliser 2 ou 3 tableaux. Mais elle préférait l'onctuosité de la peinture à l'huile. Elle cherchera sans cesse à améliorer sa technique. C'est ainsi que ne sachant pas comment donner une impression de relief à certaines figures, elle décide un jour de mettre du talc de bébé dans sa peinture. Une fois la peinture presque sèche sur le sujet réalisé elle terminait le modelage avec ses doigts comme sur le chapeau et le visage de cette dame en jaune.

     

                                Femme à robe jaune d'or                                                 

    BONJOUR

    Photo Xavier Liébard                 N°407- Hs/C, 1978, 30 x 20                   (C) ADAGP Paris 2019                        

    A la prochaine, kenavo ar vech all !!


    votre commentaire
  •  

    Bonjour. Voici comment a commencé l'étonnante aventure artistique de Simone Le Moigne

    Sa vie de peintre  a débuté un jour, comme ça par hasard, où le besoin de s'exprimer en peinture s'est révélé grâce à une découverte inattendue... dans une poubelle !! En 1958, elle travaillait chez l'Amiral L. rue de Bourgogne, derrière la Chambre des Députés à Paris. Les parents du petit garçon trouvant qu'il s'intéressait trop à la peinture plutôt qu'à son travail scolaire, mirent sa boîte de peinture dans la poubelle de la cuisine. Simone demanda l'autorisation de la récupérer, pour son fils. Mais le soir même, après son travail, dans sa petite chambre, ayant à sa disposition deux petits cartons, elle décide de s'y mettre. Il n'y a pas de pinceau dans la boîte, peu importe, ses doigts, une aiguille à tricoter, une épingle à cheveux qu'elle retire de son chignon, feront l'affaire. Et c'est ainsi que naîtront ces deux petits bouquets.   

     

    BONJOUR

     

    Photos amateur                        N°20 et 21, Gs/C, 1970, 22,5 x 14                      (C)ADAGP, Paris 2019

    La petite bordure a été rajoutée plus tard, c'est ce qui explique la datation en 1970.

    De temps en temps elle peignait ainsi pour se détendre, mais ce n'est que plus tard que cette distraction va devenir une passion à laquelle elle s'adonnera complètement une fois en retraite en 1971.

    Kenavo !


    votre commentaire
  • 5 janvier 2019

    Bonjour, j'espère que vous avez tous passé de bonnes fêtes et que l'année s'annonce bien pour vous.

    Aujourd'hui j'avais envie de vous faire partager quelques articles de presse qui ont accompagné Simone Le Moigne le long de son itinéraire. Commençons par le premier dans Ouest-France (11 Octobre 1972) lors de sa première exposition à Nantes à la galerie Michel-Colomb et signé LEN, peintre lui-même, critique d'art, et caricaturiste. Extraits :

    "Elle est rentrée en peinture, un jour comme ça parce qu'elle sentait les beautés et qu'il lui fallait les dire. Et comme elle n'a rien appris, elle raconte de la manière la plus simple les scènes qui se déroulent sous ses yeux... Et comme tous les vrais naïfs, ceux qui ne connaissent pas ni les trucs ni les recettes, elle invente les formes à partir de la chose qu'elle veut représenter et il ressort de ses découvertes et de ses maladresses, une poésie et une tendresse ...

    Peinture brute, proche des primitifs d'autrefois de la famille des décorateurs d'Altamira et de Lascaux, il est bon d'aborder ces oeuvres qui nous rappellent que l'humanité ne marche pas au même pas et qu'il existe des gens qui ignorent ce qu'ils sont, qui ne discutent pas sur les décevants problèmes de l'art et qui avec les mots et les signes de chaque jour portent un message sans destinataire que seuls ceux qui sont de connivence peuvent intercepter."

    Vous aimerez les contes colorés de Simone Le Moigne et si vous les appréhendez avec le coeur vous en tirerez les joies pures qu'elle a éprouvées en les peignant."

    D'autres articles suivront lors de nos prochaines rencontres.

     


    votre commentaire
  • 5 OCTOBRE 2018 - Comme vous avez pu le constater en visitant les différentes rubriques beaucoup de choses se sont passées depuis la création de ce blog.

    Aujourd'hui je voudrais vous faire découvrir un aspect un peu moins connu de notre peintre. En 1992 Denise Delouche, historienne de l'art, avait intitulé sa post-face du livre de l'artiste "Jeux et bonheurs de mon enfance"  Ed ABC Simone Le Moigne un témoin et un peintre-poète. Ce livre réunit en effet 60 poèmes en français et 60 en breton, illustrés par l'artiste. Chaque poème décrit le jeu que l'artiste est en train de peindre, s'arrêtant par moment pour écrire le vers qui soudain jaillit dans son esprit. Le poème en breton n'est pas une traduction. Il a été écrit environ une année plus tard. En voici un exemple :

     

    LE BONHOMME DE NEIGE                            AR BOULOM ERC'H

    Il a beaucoup neigé                                    Pegen gwen eo al leurgêr 

    Je vais bien m'amuser                                Deomp buan da zastum erc'h

    Je plains beaucoup les fainéants                  Evit ar re ne fichont ket

    Qui ne bougent pas de ce temps.                 Buan o zreid a vo skornet.

    Allons tous à l'ouvrage.                               Deomp holl da labourat                               

    Avec chacun sa boulette                              Roulomp bep a voulad

    Nous ferons une statuette,                           Ni a ray ur boulom vras

    Avec un chapeau, des boutons,                    Butonou kaer hag un tog bras

    Un balai lui donnerons                                 Diouzh Jobig eman henvel

    En lui disant : "A ton tour                             Lakaomp en e zorn ur skubell

    De balayer notre cour !"                               Ha breman eman ho tro

    Et pour nous chauffer les pieds                     Da skubellat tro-war-dro

    Autour nous irons danser.                            En dro dezhan greomp ur rodenn

    Refrain                                                       En ur ganan ur ganaouenn

    Lire lire lire et lour lour lour                         Ha ni a ray lammigou

    Nous danserons dans la cour (bis)                Evit distagan an erc'h diouzh hon boutou

                                                                                 Diskan   

                                       You you you Youhouhou , Ha ni a ray lammigou       (2 wech)                                                                                                                

    BONJOUR

            Photo Idéastes Associés,Nantes                                                                          (c)ADAGP Paris 2018                   

    Auparavant d'autres poèmes étaient nés, dont "Une pensée pour mon village  natal". Je vous le ferai découvrir à notre prochaine rencontre. 

     


    votre commentaire