• Magoar

     

     

                                  Une pensée pour mon village natal

     

                                    Bretagne si je vous peins avec tant de joie

                                          C'est que je vous aime comme autrefois

                                          Malgré les changements que vous avez subis

                                          Vos collines rient encore vers là-haut aujourd'hui

     

                                    Oui vos collines sont fières 

                                          De leur robes d'ajonc et de bruyère

                                          Leurs fronts semblent penser

                                          A nos aïeux pleins de courage et de fierté

                                

                                   Aubépines et genêts ont beaucoup diminué

                                          Dans les chemins creux cachés.

                                          Mais face à l'océan, blottis contre ses flancs

                                          Ils fleurissent en été à l'ombre des rochers.

     

                                   J'espère que la vitesse de destruction

                                          Va oublier d'abattre ma chère vieille maison.

                                          Oh mon grand chêne allongez vite vos branches 

                                          Et recouvrez la de feuilles et de chants de mésanges.

                                                                         Simone le Moigne, 19 novembre 1976

                                                                                (C)adagp Paris 2021

    C'est une évocation poétique de son lieu de naissance, d'enfance et de jeunesse heureuses. Ce petit village, MAGOAR, représente vraiment la source de son oeuvre de peintre . Elle l'a souvent peint ainsi que les travaux de la ferme auxquels elle a beaucoup participé.  il est situé dans le centre Bretagne dans la commune de Glomel (22)

    Malheureusement le grand chêne dont il question a rendu l'âme lors de la dernière grande tempête. Il était en quelque sorte  l'emblème du village et d'après la légende il datait de la Révolution.

    Magoar, mon village natal

     photo X. Liébard                       N°185,199,220,Triptyque, Hs/T 1976. 50x2,20             (C)ADAGP Paris 2019                                 


  • Commentaires

    1
    Liliane Malenfant
    Mardi 29 Juin 2021 à 11:22

    C'est une double pensée superbement écrite et peinte pour son cher petit village.

    Magoar entouré de ses chantantes collines: un charmant tableau au doux parfum d'enfance, que l'on aurait bien envie d'aller voir. Dommage pour le grand chêne.

    Je t'embrasse bien fort, ma chère Anne, et je te dis à bientôt.

    Liliane 

    2
    Liliane Lilibellule
    Vendredi 3 Juin à 15:12

    Un petit coucou ma chère Anne en ce vendredi 03 juin 2022 pour te dire que j'ai une tendre pensée pour toi et ta maman puisqu'elle est née il y a tout juste 111 ans aujourd'hui à Magoar, le charmant village de son enfance évoqué dans le poème ci-dessus. J'espère que tu vas bien et que ton jasmin blanc est toujours aussi fleuri. Je t'embrasse bien fort et te dis à bientôt. Liliane yes 

      • Mardi 7 Juin à 14:12

        Merci Liliane, c'est vraiment gentil d'avoir une si gentille pensée pour les 111 ans de notre chère peintre .Merci de tout coeur. je t'embrasse en espérant que tu vas bien..  Amitiés, et à bientôt.!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :