•  

    LE BATTAGE DU BLE

    Le battage du blé

    Photo Xavier Liébard                                  N° 51 - Hs/T, 1972, 65 x 81                        (C) ADAGP Paris 2019                                                               

    C'est le début de l'ère mécanique  qui a succédé au battage aux fléaux. plus tard on verra apparaître les grosses batteuses .Simone raconte :

    "C'était un travail ! Chez nous ça durait 2 jours et demi; il fallait "engrèner" la gerbe dans le coffre pendant que les chevaux faisaient tourner le manège. Une main qui tient, l'autre qui glisse; alors le grain tombe, on l'entend bien quand le blé est très sec. Et derrière les femmes secouent encore la paille pour enlever les derniers grains.Après il y a eu les machines à vapeur"

    (Extrait catalogue de l'exposition rétrospective de 1987 à ST-Herblain.

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    FAUCHAGE DU BLE EN BRETAGNE

    Fauchage du blé en Bretagne

     Photo Simon Le Bris                                 N° 86 - Hs/T, 1974, 65 x 81                           (C) ADAGP Paris 2019                                                           

     

    "Quand un champ était fini , les hommes qui fauchaient et les femmes qui ramassaient allaient faire le champ suivant. mais s'ils voyaient de gros nuages, ils devaient lever le blé coupé en faisceaux bien ajustés, pour qu'il  ne pourrisse pas avec la pluie" . Simone le Moigne

    Extrait du catalogue de la rétrospective à  ST-Herblain en 1987.

     


    votre commentaire
  •  L'emblavure en Bretagne.

     

    Les semailles

    Photo Simon Le Bris                                  N° 85 - Hs/T, 1973, 50 x 100                     (C) ADAGP Paris 2019

                                                                                                              


    votre commentaire
  •  

                                 LA RENTREE DES CHEVAUX

     

    lLa rentrée des chevaux

            photo Xavier Liiébard                        N° 110 - Hs/T, 1974,54 x 81                     (C)ADAGP Paris 2019                                                                

    En revenant du pâturage, et passant devant la rivière, Simone conduisait les chevaux pour qu'ils se désaltèrent. Elle n'hésitait pas à monter sur Follette sa jument favorite. C'est elle qui commandait tous les autres chevaux qui étaient ses enfants.

    Tous les ans les parents de Simone vendaient trois ou quatre poulains.


    2 commentaires
  • LA FENAISON

    La Fenaison

    Studio Delaunay, St-Brieuc,                      N° 417 - Hs/T, 1978, 65 x 81                        (C) ADAGP Paris 2019                                                                                

    "Après avoir coupé le foin, on l'étalait le jour suivant, quand la rosée était levée.  Et puis, encore un jour après, il fallait le retourner avec un râteau . Pour mon père il n'était jamais assez sec..."

                              Simone Le Moigne, catalogue exposition rétrospective à St-Herblain, 1987.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique