•  Cet article du COURRIER INDEPENDANT du 1er Mars 2019 présente Claire Peyrot qui, avec sa grande sensibilité d'artiste, a décoré la Maison de la Fraternité d'Uzel de tableaux très divers, dont une oeuvre de Simone Le Moigne " LAISSEZ VENIR A MOI LES PETITS ENFANTS". Le détail qui figure dans le petit article "Le Douanier Rousseau du Centre Bretagne" est extrait de la toile "Les noces d'antan" qui fait partie de la collection de la ville de Saint-Herblain 

     

    L'Art aux yeux de tous

     

    Le Courrier Indépendant https://actu.fr/le-courrier-independant/

    *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

     

    L'Art aux yeux de tous

     PHOTO Xavier Liébard                             N°1346 - Hs/T, 1993, 73 x 92                        (C)ADAGP Paris 2019                                                              

                         LAISSEZ VENIR A MOI LES PETITS-ENFANTS 

    Parmi les oeuvres qui particpent à la décoration, voici donc celle  que Claire Peyrot a prêtée à la Fraternité, où elle accueille avec simplicité et bienveillance toutes les personnes en recherche de sociabilité et de chaleur humaine. Elle l'a placée dans une des salles où se réunissent les petits enfants pour la catéchèse.

    Simone Le Moigne doit être très heureuse de participer un peu à cette généreuse activité.


    votre commentaire
  •                             VISION DE L'ANCIENNE MAIRIE 

     

    Hôtel de ville de St-Herblain

    Photo Ville de St-Herblain                         N° 1001 - Huile s/T, 1986, 81 x 100                  (C) ADAGP Paris 2019 

                                                                                                                     


    votre commentaire
  •  

    8 Mars 2019

    En cette journée d'Hommage aux Femmes, je voudrais citer Simone Le Moigne et dire toute mon admiration pour sa foi profonde, sa droiture, son énergie et son courage devant les difficultés qui ont jalonné sa vie, notamment ses 33 ans de vie conjugale, à une époque où le sort des femmes n'intéressait personne. A l'étonnement de tout son entourage, elle a  puisé en elle-même les ressources qui lui ont permis de refaire surface, de se reconstruire et d'entamer à l'âge de la retraite une vie de peintre qui a illuminé ses 30 dernières années. Je veux aussi souligner toute la joie et le bonheur dont elle a rayonné à travers sa peinture. 

    Fleurs des champs en jardinière

    BONJOUR

    Photo Xavier Liébard                                N° 920 - Hs/T, 1985, 75 x 81                                (C) ADAGP Paris 2019

                                                                                                              

    De tout coeur un grand Merci affectueux à notre artiste de notre part à tous.                                                                        


    votre commentaire
  • 11 NOVEMBRE 2018 - Il y a 100 ans Simone Le Moigne avait 7ans et était en pension à Trégornan avec ses soeurs. Elle raconteJe me rappelle ce jour de l'armistice. La Soeur avait arrêté le cours quand la nouvelle a été sûre... Ensuite nous avons chanté tous en coeur notre joie et celle des nôtres...   

     

                        Les sonneurs de cloches                           

    BONJOUR

       Photo amateur                               N° 1050 - Gs/P, 69 x 39, 1987                              (C) ADAGP Paris 2019                                                                                                                           

    ...Les plus grandes avaient aidé le sacristain à sonner les cloches de l'église qui avaient fini par être fêlées ! Tout le reste de la journée nous avons chanté. Mais nous pensions aussi à celles qui étaient en deuil et nous avons récité le De profundis pour les pauvres martyrs."


    votre commentaire
  •  

    Le Manoir de Campostal (Rostrenen, 22)

     Photo Ville de Rostrenen                        N°1083 - Huile s/T,1988, 97 x 130                    (C) ADAGP Paris 2019

                                                            LE MANOIR DE CAMPOSTAL

     

    A droite de ce manoir et séparé par une petite ruelle se situe un bâtiment dans lequel ont vécu, fin XIXème début XXème, les BERTHOU, grands-parents maternels de Simone Le Moigne.

     

    Le Manoir de Campostal (Rostrenen, 22)

       photo amateur                                                                (C) ADAGP Paris 2019

      Au pignon de cette maison, qui appartient à un comte,  et où on aperçoit  une grande fenêtre avec un balcon, se situait, à l'époque, l'entrée d'une grande étable. A la fin du XIXème siècle beaucoup de personnes malheureuses, veuves de marins péris en mer par exemple, cheminaient à travers la Bretagne à la recherche de nourriture, de travail. Ces chemineaux étaient accueillis ici ou là pour une nuit ou plusieurs. Les grands-parents de Simone leur préparaient de quoi se réchauffer dans l'étable, avec de la paille fraîche tandis que la grande soeur Jeanne trayait une vache pour nourrir les enfants et que ses frères distribuaient du pain et du cidre.

     

            Les pauvres accueillis par les grands-parents Berthou

    Le Manoir de Campostal (Rostrenen, 22)

    Photo Xavier Liébard                       N°90 - Huile s/Toile, 1974, 81 x 100                          (C) ADAGP Paris 2019

     

    Cette histoire vraie, Simone ne l'a pas vécue. C'est sa mère Jeanne Berthou qui l'a lui a racontée. Elle en a perpétué le souvenir dans cette très belle toile.

                                           ****************

     


    votre commentaire