• Les peintres de la Bretagne aux Editions Palantines. Denise Delouche, grande spécialiste des peintres de la Bretagne nous en offre ici un magnifique panorama. Vous aurez accès à des textes concernant Simone Le Moigne aux pages 242, 243, 244 ainsi qu'à une reproduction du Verger en fleurs à la page 245. 

     

                                                          


    votre commentaire
  • 12 Octobre 2018 - A notre dernière rencontre le 5 octobre je vous avais promis de vous faire découvrir ce poème dans lequel Simone Le Moigne a si bien exprimé son amour pour la Bretagne et son village natal.

                                  Une pensée pour mon village natal

     

                                    Bretagne si je vous peins avec tant de joie

                                          C'est que je vous aime comme autrefois

                                          Malgré les changements que vous avez subis

                                          Vos collines rient encore vers là-haut aujourd'hui

     

                                    Oui vos collines sont fières 

                                          De leur robes d'ajonc et de bruyère

                                          Leurs fronts semblent penser

                                          A nos aïeux pleins de courage et de fierté

                                

                                   Aubépines et genêts ont beaucoup diminué

                                          Dans les chemins creux cachés.

                                          Mais face à l'océan, blottis contre ses flancs

                                          Ils fleurissent en été à l'ombre des rochers.

     

                                   J'espère que la vitesse de destruction

                                          Va oublier d'abattre ma chère vieille maison.

                                          Oh mon grand chêne allongez vite vos branches 

                                          Et recouvrez la de feuilles et de chants de mésanges.

                                                                         Simone le Moigne, 19 novembre 1976

    C'est une évocation poétique de son lieu de naissance, d'enfance et de jeunesse heureuses. Ce petit village, MAGOAR, représente vraiment la source de son oeuvre de peintre . Elle l'a souvent peint ainsi que les travaux de la ferme auxquels elle a beaucoup participé.  il est situé dans le centre Bretagne dans la commune de Glomel (22)

    Malheureusement le grand chêne dont il question a rendu l'âme lors de la dernière grande tempête. Il était en quelque sorte  l'emblème du village et d'après la légende il datait de la Révolution.

    Magoar, mon village natal

     photo X. Liébard                       N°185,199,220,Triptyque, Hs/T 1976. 50x2,20             (C)ADAGP Paris 2019                                 


    votre commentaire
  • Quand Simone le Moigne a quitté St-Brieuc en 1975 elle a habité 5 ans rue de la Mayenne à Saint-Herblain. puis elle a déménagé dans le petit village de Preux dans le quartier Est de cette même ville.  Elle y a vécu jusqu'à la fin de sa vie en 2001. Elle y a été très heureuse, son inspiration était au rendez-vous puisqu'elle y a peint  l'essentiel de son oeuvre qui représente 1500 tableaux.                                

     Le village de Preux 

    Le village de Preux

            Photo Musée des Arts                             N°742, Hs/T,1982,  81x54                   (C) ADAGP, Paris 2019                                               

    Ce tableau représente ce que l'artiste voyait de la fenêtre de son séjour. C'est le seul tableau qu'elle ait peint sur le motif, l'ensemble de son oeuvre a jailli de sa mémoire, de son imagination, à part les représentations de monuments pour lesquels elle s'appuyait sur des photos, avec bien sûr sa petite touche personnelle. 

    Cette toile fait partie de la collection du musée d'Arts de Nantes depuis 2003.

      

     

     


    votre commentaire
  • Née dans le centre de la Bretagne, dans les côtes d'Armor (à 2 kms du Morbihan et à 10 kms du Finistère) Simone le Moigne avait coutume de dire qu'elle n'était pas une Bretonne de la mer, mais de la terre des Montagnes Noires. En effet à l'époque de sa jeunesse on ne voyageait pas beaucoup et elle avait 20 ans quand elle vit la mer pour la première fois. Elle a eu très peur que la Bretagne soit un jour engloutie et elle avançait vers l'eau en faisant un pas en avant et deux en arrière. Elle a cependant peint quelques paysages maritimes inventés comme cette Baignade .

     

                                                                             La baignade 

    La Mer

        Photo X.Liébard                                       N°33, Gs/P, 1971, 50 x 65                          (C)ADAGP Paris 2019                                                                                                                                                                      


    votre commentaire
  • Quelques considérations sur l'art naïf:

     

    "La science est presque toujours fatale à l'artiste, les moyens de rendre avec facilité l'entraîne à la manière. Les écoles n'enseignent guère autre chose. Une poignée d'inspiration naïve est préférable à tout."

                                                            Eugène Delacroix

    "Gardez toujours cette bienheureuse naïveté, cette charmante ignorance..."

                                                             Ingres

    "La vérité, c'est que l'art moderne en tant qu'art abstrait est à l'heure actuelle acquis. L'art non moderne en tant qu'art conventionnel n'est plus capable de véritable recherche....Il n'y a aucune recherche anti-moderne chez les jeunes, et il se trouve que, pour des raisons très mystérieuses ce qui s'est appelé l'art naïf est aujourd'hui ce qui touche le plus profondément le grand public.

                                                             André Malraux

                                    (20 nov 1968, inauguration du Palais du facteur Cheval)

    "Les naïfs ne deviennent des naïfs que dans la mesure où ils ont quelque chose à dire, quelque chose d'énorme, de fatal, d'écrasant, plus fort que leur petite personne, et qu'il finissent par réaliser tôt ou tard, par leur propre moyen, sans aide de qui que ce soit, en inventant, par conséquent, leur propre sémantique, leur propre langage, leur propre technique, avec cette espèce de tendresse que l'on nomme bêtement "maladresse" et qui n'est qu'une forme de l'amour".

                                                               Anatole Jakovsky

     "Les peintres naïfs sont des conteurs nés. La vision du monde, le moindre évènement, du fait le plus simple qu'ils retranscrivent sur la toile n'est pas "fabriquée" pour le tableau. Elle existe vraiment, elle est inhérente à leur personnalité. Et je dirais même qu'il est bien regrettable de ne pas accompagner chaque tableau naïf d'un commentaire du peintre, comme pour certaines oeuvres  de Rousseau jadis."

                                                               Marie-Christine Hugonot

                                         (extrait de "La peinture naïve en France" Ed sous le Vent.

                                                            

     


    votre commentaire