• Quelques considérations sur l'art naïf:

     

    "La science est presque toujours fatale à l'artiste, les moyens de rendre avec facilité l'entraîne à la manière. Les écoles n'enseignent guère autre chose. Une poignée d'inspiration naïve est préférable à tout."

                                                            Eugène Delacroix

    "Gardez toujours cette bienheureuse naïveté, cette charmante ignorance..."

                                                             Ingres

    "La vérité, c'est que l'art moderne en tant qu'art abstrait est à l'heure actuelle acquis. L'art non moderne en tant qu'art conventionnel n'est plus capable de véritable recherche....Il n'y a aucune recherche anti-moderne chez les jeunes, et il se trouve que, pour des raisons très mystérieuses ce qui s'est appelé l'art naïf est aujourd'hui ce qui touche le plus profondément le grand public.

                                                             André Malraux

                                    (20 nov 1968, inauguration du Palais du facteur Cheval)

    "Les naïfs ne deviennent des naïfs que dans la mesure où ils ont quelque chose à dire, quelque chose d'énorme, de fatal, d'écrasant, plus fort que leur petite personne, et qu'il finissent par réaliser tôt ou tard, par leur propre moyen, sans aide de qui que ce soit, en inventant, par conséquent, leur propre sémantique, leur propre langage, leur propre technique, avec cette espèce de tendresse que l'on nomme bêtement "maladresse" et qui n'est qu'une forme de l'amour".

                                                               Anatole Jakovsky

     "Les peintres naïfs sont des conteurs nés. La vision du monde, le moindre évènement, du fait le plus simple qu'ils retranscrivent sur la toile n'est pas "fabriquée" pour le tableau. Elle existe vraiment, elle est inhérente à leur personnalité. Et je dirais même qu'il est bien regrettable de ne pas accompagner chaque tableau naïf d'un commentaire du peintre, comme pour certaines oeuvres  de Rousseau jadis."

                                                               Marie-Christine Hugonot

                                         (extrait de "La peinture naïve en France" Ed sous le Vent.

                                                            

     


    votre commentaire
  • Les auteurs de ce beau livre sont Marie Paule Piriou, Jean Marc Michaud et Denise Delouche. Il a été édité en 2013 par Liv'Editions à l'occasion de d'une très belle exposition organisée par le musée du Faouet à laquelle avait été invitée Simone Le Moigne. A cette occasion l'l'histoire du pain (8 m) avait été prêtée par la ville de St-Herblain. Cette peinture  est présentée dans ce bel ouvrage (P.80 et 81) avec un commentaire très intéressant de Denise Delouche.


    votre commentaire
  • Je me souviens de la révolte de notre artiste face au chômage et à la situation des pays pauvres. Elle aurait voulu les aider en demandant qu'on leur envoie des outils pour travailler la terre et leur permettre ainsi de vivre normalement. Il y très longtemps ses ancêtres avaient défriché petit à petit le centre Bretagne pour pouvoir se nourrir ...Simone le Moigne a donc imaginé un avion très spécial pour leur faire parvenir le nécessaire pour cultiver la terre ...et elle n'a pas oublié les vitamines !!

     

    Du travail pour tous

    Photo : Xavier Liébard                                                                                                     (c) ADAGP, Paris 2018

     


    votre commentaire
  • Pour ma petite Eglise 

     

                                                 Je te salue église très chère 

                                                               Eglise aimée de nos grands-pères,

                                                              Quand j'aperçois ton beau clocher

                                                               Je pense au bon temps écoulé.

     

                                                               Combien de fois étant enfant

                                                               Je n'avais pas encore dix ans,

                                                               A la messe nous chantions des cantiques,

                                                               Chanter en groupe c'est magnifique.  

     

                                                               Je pense à ce couplets si beaux,

                                                                Souvent je les chante tout haut !

                                                                Tout en peignant je les entonne,

                                                                Dans ma très chère langue bretonne.

     

                                                                Et lorsque je peins en chantant

                                                                Je fais toujours de beaux printemps.

                                                                Je n'arrive pas à peindre l'hiver,

                                                                A l'automne je fais marche arriière.

                                                                                 Refrain

                                                                 Salut église très chère,

                                                                 Tout près du beau calvaire

                                                                 Construit par nos grands-pères

                                                                 Pas loin de nos clairières.

                                 Composé en 1977 à Noël 

                                                                                                                                         

    Ma petite église

    Phot : Xavier Liébard                                                                                                     (c)ADAGP, Paris 2018

    Comme Simone l'évoque dans son poème cette belle petite église du XVI siècle à Trégornan (22) est chargée de souvenirs. Les grandes étapes de sa jeune vie, baptême, première communion, mariage ont été célébrées dans ce lieu. A l'époque le cimetière se trouvait autour de l'église. Au fond à gauche on découvre l'école dans laquelle Simone a été en pension de 6 ans juqu'au certificat d'études. Au cours d'une exposition de ses peintures d'inspiration religieuse en 1996,  Simone Le Moigne a offert à son église trois tableaux : Saint Corentin moine auquel l'église est dédiée, Saint Corentin premier évêque de Cornouaille, et  Notre Dame de Pitié.

     

     


    votre commentaire
  • Je me souviens d'une Simone catastrophée à l'annonce de nouvelles guerres (Irak .etc..). Son aspiration à la PAIX était immense ! Après avoir vécu deux guerres puis une vie conjugale tout, sauf paisible, elle souhaitait profondément la paix dans les familles, dans la société, entre les peuples du monde. Le tableau ci-dessous, Le petit prince de la paix, illustre bien la recherche de ce trésor qu'est la paix : Le petit prince part sur sa barque accompagné des colombes symbole de la paix. Simone expliquait à ses visiteurs que pour éviter le naufrage, le bateau était soutenu par un poisson extraordinaire !!    

     

    La Paix

           Photo : Xavier Liébard                                                                                                (c)ADAGP Paris 2018                  


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires