• JE ME SOUVIENS

    Je partagerai avec vous les souvenirs que j'ai de mes rencontres avec Simone Le Moigne

  • 3 DECEMBRE 2018 - Il me revient en mémoire la réaction de Simone le Moigne quand elle apprend qu'elle est classée parmi les peintres Naïfs. D'emblée, après les années difficiles qu'elle a vécues, elle ne se considère pas comme naïve et cela l'agace un peu. Plus tard en réponse à un questionnaire de  Marie-Christine Hugonot qui prépare une thèse sur l'art naïf elle s'explique :" Au départ je ne savais pas qu'il existait des peintres naïfs et des peintres pas naïfs. Je crois que l'on me considère comme un peintre naïf parce que je peins d'une façon spontanée toutes les belles choses que j'ai accumulées au fond de mon coeur. Je pense que c'est ça. Au début je n'aimais pas beaucoup ce mot de naïf, maintenant je m'y habitue. Et puis, au fond, le nom n'a pas grande importance, je peins parce que cela me rend heureuse de peindre, c'est tout. 


    votre commentaire
  • Le village natal, Magoar ! source d'inspiration et aussi refuge au cours d'une vie conjugale bien cabossée. Simone y retournait souvent par la pensée dans les moments difficiles jusqu'au jour où elle a décidé d'y retourner en peinture en mettant définitivement de côté ses gros soucis.  Elle a symbolisé cette décision salvatrice dans un dessin que j'ai retrouvé par hasard dans ses archives et qu'elle a intitulé "Les malheurs enguirlandés" que voici :

     

    BONJOUR

                                            Photo AV               D.s/P.1968, 31x26          (C)ADAGP Paris 2019                                                                                                                                                                                                                         

    Ce dessin date de 1968, année où Simone a effectivement pris la décision de tout quitter le 19 mai de cette même année. Ses gros soucis sont symbolisés par des épines qu'elle a mises en guirlande pour encadrer une branche sur laquelle les épines décroissent petit à petit tandis qu' un nouveau feuillage s'épanouit...comme elle s'épanouira elle-même grâce à la peinture !


    votre commentaire
  • Quand Simone le Moigne a quitté St-Brieuc en 1975 elle a habité 5 ans rue de la Mayenne à Saint-Herblain. puis elle a déménagé dans le petit village de Preux dans le quartier Est de cette même ville.  Elle y a vécu jusqu'à la fin de sa vie en 2001. Elle y a été très heureuse, son inspiration était au rendez-vous puisqu'elle y a peint  l'essentiel de son oeuvre qui représente 1500 tableaux.                                

     Le village de Preux 

    Le village de Preux

            Photo Musée des Arts                             N°742, Hs/T,1982,  81x54                   (C) ADAGP, Paris 2019                                               

    Ce tableau représente ce que l'artiste voyait de la fenêtre de son séjour. C'est le seul tableau qu'elle ait peint sur le motif, l'ensemble de son oeuvre a jailli de sa mémoire, de son imagination, à part les représentations de monuments pour lesquels elle s'appuyait sur des photos, avec bien sûr sa petite touche personnelle. 

    Cette toile fait partie de la collection du musée d'Arts de Nantes depuis 2003.

      

     

     


    votre commentaire
  • Née dans le centre de la Bretagne, dans les côtes d'Armor (à 2 kms du Morbihan et à 10 kms du Finistère) Simone le Moigne avait coutume de dire qu'elle n'était pas une Bretonne de la mer, mais de la terre des Montagnes Noires. En effet à l'époque de sa jeunesse on ne voyageait pas beaucoup et elle avait 20 ans quand elle vit la mer pour la première fois. Elle a eu très peur que la Bretagne soit un jour engloutie et elle avançait vers l'eau en faisant un pas en avant et deux en arrière. Elle a cependant peint quelques paysages maritimes inventés comme cette Baignade .

     

                                                                             La baignade 

    La Mer

        Photo X.Liébard                                       N°33, Gs/P, 1971, 50 x 65                          (C)ADAGP Paris 2019                                                                                                                                                                      


    votre commentaire
  • Je me souviens de la révolte de notre artiste face au chômage et à la situation des pays pauvres. Elle aurait voulu les aider en demandant qu'on leur envoie des outils pour travailler la terre et leur permettre ainsi de vivre normalement. (Il y a très longtemps ses ancêtres avaient défriché petit à petit le centre Bretagne pour pouvoir se nourrir ...) Simone le Moigne a donc imaginé un avion très spécial pour leur faire parvenir le nécessaire pour cultiver la terre ...et elle n'a pas oublié les vitamines !!

     

    Du travail pour tous

    Photo : Xavier Liébard                             N°1021 - Hs/T, 1986, 81x100                                (C)ADAGP Paris 2019                                                                            

     


    votre commentaire
  • Je me souviens d'une Simone catastrophée à l'annonce de nouvelles guerres (Irak .etc..). Son aspiration à la PAIX était immense ! Après avoir vécu deux guerres puis une vie conjugale tout, sauf paisible, elle souhaitait profondément la paix dans les familles, dans la société, entre les peuples du monde. Le tableau ci-dessous, Le petit prince de la paix, illustre bien la recherche de ce trésor qu'est la paix : Le petit prince part sur sa barque accompagné des colombes symbole de la paix. Simone expliquait à ses visiteurs que pour éviter le naufrage, le bateau était soutenu par un poisson extraordinaire !!

    A la recherche de la Paix   

     

    La Paix

           Photo : Xavier Liébard                          N°822 - Hs/T, 1983, 81x100                           (C)ADAGP Paris 2019                                                


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique