• JE ME SOUVIENS

    Je partagerai avec vous les souvenirs que j'ai de mes rencontres avec Simone Le Moigne

  • 3 DECEMBRE 2018 - Il me revient en mémoire la réaction de Simone le Moigne quand elle apprend qu'elle est classée parmi les peintres Naïfs. D'emblée, après les années difficiles qu'elle a vécues, elle ne se considère pas comme naïve et cela l'agace un peu. Plus tard en réponse à un questionnaire de  Marie-Christine Hugonot qui prépare une thèse sur l'art naïf elle s'explique :" Au départ je ne savais pas qu'il existait des peintres naïfs et des peintres pas naïfs. Je crois que l'on me considère comme un peintre naïf parce que je peins d'une façon spontanée toutes les belles choses que j'ai accumulées au fond de mon coeur. Je pense que c'est ça. Au début je n'aimais pas beaucoup ce mot de naïf, maintenant je m'y habitue. Et puis, au fond, le nom n'a pas grande importance, je peins parce que cela me rend heureuse de peindre, c'est tout. 


    votre commentaire
  • Le village natal, Magoar ! source d'inspiration et aussi refuge au cours d'une vie conjugale bien cabossée. Simone y retournait souvent par la pensée dans les moments difficiles jusqu'au jour où elle a décidé d'y retourner en peinture en mettant définitivement de côté ses gros soucis.  Elle a symbolisé cette décision salvatrice dans un dessin que j'ai retrouvé par hasard dans ses archives et qu'elle a intitulé "Les malheurs enguirlandés" que voici :

     

    BONJOUR

                                                    Photo AV                                (c)ADAGP Paris 2018                                                                                                                                                                                                   

    Ce dessin date de 1968, année où Simone a effectivement pris la décision de tout quitter le 19 mai de cette même année. Ses gros soucis sont symbolisés par des épines qu'elle a mis en guirlande pour encadrer une branche sur laquelle les épines décroissent petit à petit tandis qu' un nouveau feuillage s'épanouit...comme elle s'épanouira elle-même grâce à la peinture !


    votre commentaire
  • 12 Février 2019

    Chers visiteurs,

    Très heureuse de vous retrouver ! j'espère que vous allez tous bien car aujourd'hui je vous invite à un repas de crêpes, bien que la Chandeleur soit passée :-) . Au temps de l'enfance de Simone, à Magoar, on mangeait des crêpes toute l'année, et particulièrement le vendredi où la crêpière passait la journée devant ses deux 'bilig". Le tas de crêpes augmentait à vue d'oeil. La provision était faite pour un moment ! 

                                                  

    BONJOUR

    Photo X. Liébard                                                On fabrique les crêpes                            (C)ADAGP Paris 2019

    Dans les années 80 Simone habitait à Preux à Saint-Herblain. Elle recevait de nombreuses visites et beaucoup se souviennent encore de ce qui les attendait sur la table de la cuisine : le tas de crêpes, le beurre salé décoré, le cidre, le café... Mais avant de goûter il fallait faire le tour de la maison avec un arrêt devant chaque tableau expliqué par l'artiste ! Quand on venait chez Simone il ne fallait pas être pressé car elle était très bavarde !!


    votre commentaire
  • 12 Octobre 2018 - A notre dernière rencontre le 5 octobre je vous avais promis de vous faire découvrir ce poème dans lequel Simone Le Moigne a si bien exprimé son amour pour la Bretagne et son village natal.

                                  Une pensée pour mon village natal

     

                                    Bretagne si je vous peins avec tant de joie

                                          C'est que je vous aime comme autrefois

                                          Malgré les changements que vous avez subis

                                          Vos collines rient encore vers là-haut aujourd'hui

     

                                    Oui vos collines sont fières 

                                          De leur robes d'ajonc et de bruyère

                                          Leurs fronts semblent penser

                                          A nos aïeux pleins de courage et de fierté

                                

                                   Aubépines et genêts ont beaucoup diminué

                                          Dans les chemins creux cachés.

                                          Mais face à l'océan, blottis contre ses flancs

                                          Ils fleurissent en été à l'ombre des rochers.

     

                                   J'espère que la vitesse de destruction

                                          Va oublier d'abattre ma chère vieille maison.

                                          Oh mon grand chêne allongez vite vos branches 

                                          Et recouvrez la de feuilles et de chants de mésanges.

                                                                         Simone le Moigne, 19 novembre 1976

    C'est une évocation poétique de son lieu de naissance, d'enfance et de jeunesse heureuses. Ce petit village, MAGOAR, représente vraiment la source de son oeuvre de peintre . Elle l'a souvent peint ainsi que les travaux de la ferme auxquels elle a beaucoup participé.  il est situé dans le centre Bretagne dans la commune de Glomel (22)

    Malheureusement le grand chêne dont il question a rendu l'âme lors de la dernière grande tempête. Il était en quelque sorte  l'emblême du village et d'après la légende il datait de la Révolution.

                    

     photo Xavier Liébard                                           Mon village natal                                    (C)ADAGP Paris 2019

     

     


    votre commentaire
  • Quand Simone le Moigne a quitté St-Brieuc en 1975 elle a habité 5 ans rue de la Mayenne à Saint-Herblain. puis elle a déménagé dans le petit village de Preux dans le quartier Est de cette même ville.  Elle y a vécu jusqu'à la fin de sa vie en 2001. Elle y a été très heureuse, son inspiration était au rendez-vous puisqu'elle y a peint  l'essentiel de son oeuvre qui représente 1500 tableaux.                                

     

    Le village de Preux

    Photo Musée des Arts - Le Village de Preux - (C) ADAGP Paris 2019

    Ce tableau représente ce que l'artiste voyait de la fenêtre de son séjour. C'est le seul tableau qu'elle ait peint sur le motif, l'ensemble de son oeuvre a jailli de sa mémoire, de son imagination, à part les représentations de monuments pour lesquels elle s'appuyait sur des photos, avec bien sûr sa petite touche personnelle. 

    Cette toile fait partie de la collection du musée d'Arts de Nantes depuis 2003.

      

     

     


    votre commentaire
  • Née dans le centre de la Bretagne, dans les côtes d'Armor (à 2 kms du Morbihan et à 10 kms du Finistère) Simone le Moigne avait coutume de dire qu'elle n'était pas une Bretonne de la mer, mais de la terre des Montagnes Noires. En effet à l'époque de sa jeunesse on ne voyageait pas beaucoup et elle avait 20 ans quand elle vit la mer pour la première fois. Elle a eu très peur que la Bretagne soit un jour engloutie et elle avançait vers l'eau en faisant un pas en avant et deux en arrière. Elle a cependant peint quelques paysages maritimes inventés comme cette Baignade .

                                                   

    La Mer

        Photo X.Liébard                                          La baignade                                                     (C)ADAGP Paris 2019                                                                                                                                             


    votre commentaire
  • Je me souviens de la révolte de notre artiste face au chômage et à la situation des pays pauvres. Elle aurait voulu les aider en demandant qu'on leur envoie des outils pour travailler la terre et leur permettre ainsi de vivre normalement. Il y très longtemps ses ancêtres avaient défriché petit à petit le centre Bretagne pour pouvoir se nourrir ...Simone le Moigne a donc imaginé un avion très spécial pour leur faire parvenir le nécessaire pour cultiver la terre ...et elle n'a pas oublié les vitamines !!

     

    Du travail pour tous

    Photo : Xavier Liébard                                                                                                     (c) ADAGP, Paris 2018

     


    votre commentaire
  • Pour ma petite Eglise 

     

                                                 Je te salue église très chère 

                                                               Eglise aimée de nos grands-pères,

                                                              Quand j'aperçois ton beau clocher

                                                               Je pense au bon temps écoulé.

     

                                                               Combien de fois étant enfant

                                                               Je n'avais pas encore dix ans,

                                                               A la messe nous chantions des cantiques,

                                                               Chanter en groupe c'est magnifique.  

     

                                                               Je pense à ce couplets si beaux,

                                                                Souvent je les chante tout haut !

                                                                Tout en peignant je les entonne,

                                                                Dans ma très chère langue bretonne.

     

                                                                Et lorsque je peins en chantant

                                                                Je fais toujours de beaux printemps.

                                                                Je n'arrive pas à peindre l'hiver,

                                                                A l'automne je fais marche arriière.

                                                                                 Refrain

                                                                 Salut église très chère,

                                                                 Tout près du beau calvaire

                                                                 Construit par nos grands-pères

                                                                 Pas loin de nos clairières.

                                 Composé en 1977 à Noël 

                                                                                                                                         

    Ma petite église

    Phot : Xavier Liébard                                                                                                     (c)ADAGP, Paris 2018

    Comme Simone l'évoque dans son poème cette belle petite église du XVI siècle à Trégornan (22) est chargée de souvenirs. Les grandes étapes de sa jeune vie, baptême, première communion, mariage ont été célébrées dans ce lieu. A l'époque le cimetière se trouvait autour de l'église. Au fond à gauche on découvre l'école dans laquelle Simone a été en pension de 6 ans juqu'au certificat d'études. Au cours d'une exposition de ses peintures d'inspiration religieuse en 1996,  Simone Le Moigne a offert à son église trois tableaux : Saint Corentin moine auquel l'église est dédiée, Saint Corentin premier évêque de Cornouaille, et  Notre Dame de Pitié.  que vous pouvez voir dans le site Simone Le Moigne à la rubrique oeuvres religieuses qui figure dans le menu.

     

     


    votre commentaire
  • Je me souviens d'une Simone catastrophée à l'annonce de nouvelles guerres (Irak .etc..). Son aspiration à la PAIX était immense ! Après avoir vécu deux guerres puis une vie conjugale tout, sauf paisible, elle souhaitait profondément la paix dans les familles, dans la société, entre les peuples du monde. Le tableau ci-dessous, Le petit prince de la paix, illustre bien la recherche de ce trésor qu'est la paix : Le petit prince part sur sa barque accompagné des colombes symbole de la paix. Simone expliquait à ses visiteurs que pour éviter le naufrage, le bateau était soutenu par un poisson extraordinaire !!    

     

    La Paix

           Photo : Xavier Liébard                                                                                                (c)ADAGP Paris 2018                  


    votre commentaire
  • Je me souviens en 1974 de l'inquiétude de Simone le Moigne face à la pollution que subissait notre terre . Pour elle, le rendement effréné accentuait la vitesse de destruction. Elle imaginait que tôt ou tard nous serions dans l'obligation de changer de planète, aussi avait-elle peint la petite gouache La Terre Polluée  que voici :

     

    La Terre polluée

                                                Photo : Tanguy Le Bris                       (c) ADAGP Paris 2018 

                                   

    Le 26 JUIN 1974, Simone Le Moigne habite encore St-Brieuc, rue Zénaïde Fleuriot, elle compose sur le même thème  le poème :     

     

                                                                 FREIN OU FIN                                                    

                                        1                                                                                           2

                     C'est bien beau la vitesse                                                Pour nos chers grands savants

                     Oui d'accord on progresse                                               Certes il serait bien temps

                     Mettons y quelques freins                                               Si capables ils sont 

                     Ou il ne restera rien !                                                      De faire halte aux pollutions !

                                        3                                                                                            4

                     Jetons vite un regard                                                      Oui pensons-y souvent

                     Ou il sera trop tard.                                                         Pour que vivent nos enfants 

                     Si on ne le fait pas                                                           Si on ne peut le faire

                     Le frein seul serrera                                                        Vite faisons marche arrière.

                                       5                                                                                             6

                     Pensons aux bons vieux puits                                         Oui cette eau pour certains

                     Où sont-ils aujourd'hui ?                                                  Vaut largement le vin,

                     Ah ! nos belles fontaines                                                 Conservons la mieux,

                     Où est cette eau qu'on aime ?                                         C'est un bien précieux.

                                      7                                                                                              8

                     Pensons aussi aux arbres                                                Ah ce cher oxygène !

                     Humain, c'est mieux que marbre                                      Veillons sur lui quand même !

                     Plantons-en, soyons prompts                                          A quoi bon tant produire

                     Remplaçons ceux qui tombent.                                        Si ça nous fait mourir ?

                                                                     

         Et voilà ! nous sommes en pleine actualité ! peut-être nous poussera-t-il des ailes à la fin de notre siècle pour changer de planète comme l'avait imaginé Simone Le Moigne.?                                                                                

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique